Leadership Rambo!

J’ai regardé 2 films aujourd’hui: Rambo V et un Bruce Willis. Les deux se ressemblent et mettent en scène presque la même histoire.

J’étais coincé dans un studio à produire un travail vidéo. Le temps pour faire les transferts sur internet me donnait un moment pour visionner des films.

Mon producteur a choisi ces deux films dans un panier de DVD’s. Il m’a appris qu’il les a achetés au Swap Shop à  Fort-Lauderdale pour une moyenne d’un à 2 dollars chacun.

Des films qui retracent la force brute et qui mettent en valeur le leadership libérateur de l’Amérique face à des despotes sanguinaires en Asie et en Afrique qu’ils ont eux mêmes fabriqués de toute pièce.

J’ai regardé les films sans besoin de me concentrer. Le premier est Rambo de Sylvester Stallone. Mon producteur me demande si je n’avais pas encore vu ce dernier Rambo. Je lui ai dit non et il m’a remis la pochette tandis qu’il insère le DVD  dans le lecteur magnétique.

Le film s’ouvre sur une scène macabre. Un convoi militaire dirigé par un sanguinaire à la Pol Pot ouvre le feu sur des centaines d’évadés du pays. C’est la guerre. Et le sang coule à flot. Des mines sautent avec des gens catapultant dans les airs des morceaux de viande, des têtes sans corps et des corps sans têtes.

Un groupe de missionnaires comprenant des médecins et des évangéliques  arrive des Etas-Unis. Ils sont venus pour aider les rescapés. Ils s’aventurent dans des lieux insécures dans la jungle.

Les officiels de leur ambassade vont à leur poursuite. Ils confient le job à un groupe de mercenaires. Rambo les conduit. Des combats à n’en plus finir éclatent  entre ces groupes riveaux. Les mercenaires ne veulent plus continuer devant les atrocités des bandits qui tuent, violent sans pitié. 

Et vous devinez la suite. Rambo est victorieux. Les missionnaires rapatriés et quelques missionnaires ont laissé leurs paux et l’armée des bandits réduite à néant.

Mon producteur me propose un deuxième film. Il me dit que c’est un Bruce Willis et que c’est une histoire vraie.

Il s’agit d’un coup d’Etat au Nigéria. Les bandits sont des nègres qui tuent des nègres.

L’armée américaine détache un comando spécial pour rapatrier des missionnaires américains au Nigéria. Parmi ceux ci: une femme-médecin, un prêtre et une religieuse.  L’objectif du comando est clair et simple: rapatrier ces trois personnes à la frontière du Cameroon.

Je note en passant que l’acteur haïtien Jimmy Jean-Louis joue dans ce film.

Le commando rapidement sauve la femme- médecin. Elle  ne veut pas partir seule pour laisser les gens à la boucherie. Le commando la ramène par hélicoptère et le commandant (Bruce Willis) revient sur sa décision et ordonne de transporter aussi les femmes , les enfants et quelques hoimmes.

Le prêtre  ne voulant pas abandonner les lieux a une la tête tranchée. Son église brulée ras pied terre.

Vous devinez aussi la suite. L’équipe Willis a gagné en exterminant l’armée des babdits etc…

Chacun de ces films termine avec une maxime éloquente.

Rambo couvert de sang déclare :It’s better to die for something than to live for nothing. L’autre film écrit avant le déroulement du générique une pensée du philosophe Edmund Burke: the only thing necessary for the triumph of evil is for good men to do nothing.

Roosevelt Jean-Francois

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s